Thérapie assistée par l'animal

L'animal est un médiateur vivant, ce qui lui donne une place très particulière auprès de l'être humain en souffrance ou en difficulté. Il laisse rarement indifférent. 

 

Dès qu'on entre en contact avec un animal, on est face à un être qui fonctionne différemment de nous. Pour entrer en lien avec lui, on adapte son mode de communication, la sphère tant verbale que non-verbale est activée. 

 

  • Le contact avec l'animal nous donne à éprouver des émotions, des ressentis, à tel point qu'on appelle parfois l'animal le "guide des émotions". L'animal conduit à être dans l'instant présent, hors de toute considération mentale. Il mobilise le corps.
  • L'animal est bénéfique pour toute personne qui apprécie la présence des animaux. De nombreuses approches sont possibles et enrichissent la thérapie: observation, interaction, toucher et caresses, soin aux animaux. Par contre, l'objectif n'est pas de soigner une phobie des animaux
  • Les personnes qui ont un accès limité au langage (jeunes enfants ou certains seniors) ou qui ne sont pas à l'aise de parler à un thérapeute en bénéficieront particulièrement.

Vous pouvez me contacter pour un premier échange sans engagement


Origine et base de travail

En 1950, dans le cabinet d'un pédopsychiatre, Boris Levinson, est accompagné ce jour-là de son chien. Un jeune enfant autiste se met spontanément en contact avec l'animal, alors que l'enfant n'est habituellement pas en mesure d'interagir avec d'autres.

-> la pet-oriented child psychoyherapy est créée dans les années qui suivent. 

 

Le présupposé de la thérapie assistée par l'animal est le suivant :

"l'animal stimule naturellement, chez la plupart des individus, une réponse d'attraction et d'attachement se répercutant sur le bien-être de la personne" (ASBL Izis).

 

L'animal est associé à un intervenant qualifié, afin de favoriser l'expression de soi et de stimuler le potentiel de l'individu. Les séances sont préparées, des objectifs thérapeutiques sont définis.

 

L'intervention du professionnel oriente les activités dans un but thérapeutique.

L'animal est un médiateur, au service du lien entre l'animal et l'homme, le patient et le thérapeute. 

L'essentiel de la démarche est que la personne y trouve un intérêt et soit attirée par les animaux, l'observation de ceux-ci, le jeu, le soin ou la manipulation de ceux-ci. 

 

Remarque : les activités assistées par la médiation animale, pratiquées souvent par des bénévoles, ont également un intérêt, elles ont pour but de divertir, de procurer du bien-être ou d'animer un groupe. C'est une activité "récréative", tant pour l'humain que pour l'animal (jeux,caresses, attention dont il bénéficie) mais pas nécessairement thérapeutique.

 

 

L'animal partenaire

L'animal est un médiateur essentiel dans la thérapie, sans être lui-même le thérapeute !

Lors d'une séance, il est important de veiller au bien-être et à la sécurité tant du patient que de l'animal.

Pour ma part, je travaille avec un nombre limité de petits animaux que je connais très bien.

 

Pour travailler avec des partenaires animaliers, il est important d'avoir une formation spécifique et de bien connaître l'espèce qu'on associe à l'humain.

 

Le comportement animalier et l'éthologie des espèces sont essentiels dans la pratique et il est nécessaire que le thérapeute soit formé dans ces domaines.

La thérapie assistée par l'animal est une discipline exigeante qui demande de connaître tant l'humain que l'animal. 

C'est une pratique en douceur qui demande de l'attention, dans le respect de chaque être vivant, afin que le processus soit porteur d'un point de vue thérapeutique. 

 

Chaque espèce est différente, chaque animal a également sa personnalité. 

 

 

 

 

 


Quel est le cadre de travail ?

L'animal peut être intégré à une thérapie en cours, en accord avec les parents s'il s'agit d'un enfant.

 

La thérapie assistée par l'animal peut aussi être la méthode principale choisie. Dans ce cas, les indications sont discutées avec les parents et éventuellement le service qui demande une prise en charge. Des objectifs sont définis lors d'une rencontre préalable. Un minimum de 10 séances est proposé. 

 

A propos de mes animaux

 

Ils bénéficient d'un logement et de nourriture adaptés et d'un suivi vétérinaire (vaccination, administration d'antiparasitaires et sont stérilisés, à l'exception des cochons d'Inde -mâles-).

Ils viennent prioritairement de refuge ou associations de protection animale, afin de leur offrir une seconde chance.

 

Dispositions Covid-19 

 

Les animaux domestiques ne transmettent pas le virus à l'humain. Par précaution,  comme pour toute surface de contact, on se lavera les mains (ou solution hydroalcoolique) avant de les toucher. Il est possible de porter des gants si on le souhaite.

Le masque sera utilisé, si la distance physique d' 1,50 m risque de ne pas être tenue entre le patient et le thérapeute.

  


L'apport spécifique du chat

  • bénéfique auprès d'individus angoissés, sous tension  (ronronnement)
  • suscite curiosité et attendrissement
  • son regard fascine, ses miaulements surprennent ... il suscite l'expression verbale et non-verbale (sourire)
  • il peut rester à distance, n'envahit pas immédiatement l'espace de l'humain, parfois il demande à être apprivoisé (plus indépendant que le chien) ...
  • il peut être un confident, se faire complice de jeux, de courses poursuite, quand il est en confiance
  • il apprécie une approche en douceur
  • il permet de travailler le respect de l'autre, la patience, les émotions, la sphère affective, la différenciation ...
  • il permet une observation des interactions entre chats, des différents liens entre eux, de leur façon de se comporter (petit groupe de 4 chats)
  • il fait appel au monde sensoriel et à la vie imaginaire (dimension mystérieuse) 

   


L'apport spécifique du cochon d'Inde ou du lapin

 

  • douceur du pelage, caresser des pelages différents (les discriminer)
  • les cochons d'Inde sont étonnants par leur langage corporel, par leur langage social (appels, couinements ...)
  • cochons d'Inde et lapins font appel aux 5 sens : variété de nourriture qu'on peut leur apporter (foins, verdure, légumes, fruits ...)
  • sollicitent motricité et motricité fine/agilité : apprendre à les prendre, à les tenir et à les contenir ...
  • le lapin suscite des souvenirs pour les plus âgés, il rappelle le doudou aux plus jeunes
  • ils permettent de travailler le respect du plus petit, la responsabilité, la confiance en soi, la mémoire, la persévérance, la capacité à prendre soin (nourrir, nettoyer un clapier) ...
  • ils permettent l'observation de l'animal en groupe de pairs, de nommer leurs interactions ...

 


Florence Derwahl | Psychologie - Psychothérapie | Chemin Pavé Molembais 51-53 | 1370 Jodoigne

florence.derwahl@gmail.com | 0473/52.66.13